Corniou


  Précédent/Previous

Suivant/Next

Cerbère

2003 : 20ième ANNIVERSAIRE DES JOURNÉES DU PATRIMOINE


COURNIOU LES GROTTES DE LA DEVEZE


CRÉATION PICTURALE DÉ JEAN TRUEL


70ème ANNIVERSAIRE DE L'INAUGURATION DE LA GROTTE


Depuis le néolithique, la nature extérieure modelée par l'utilisation agricole, évolue dans une succession de paysages ; à partir de la période romaine, l'urbanisation de l'espace enserre la nature dans ses voies de communications.


Actuellement, le développement des réseaux de communications inclue la nature dans l'espace urbain nous faisant apparaître la grotte comme notre dernier espace sauvage.


Au paléolithique, les peintres explorateurs ont structuré la grotte de signes et de couleurs « inventant » l'image figurative et abstraite où le réel nous apparaît dans son évolution culturelle ; ils ont été les premiers à aménager artistiquement l'espace naturel en créant une architecture de signes et de couleurs, archétype d'un imaginaire qui fait de la grotte un espace culturel.


JEAN TRUEL, peintre spéléologue contemporain, créateur des peintures pariétales de BRAMABIAU, présentées en 1992 à l'UNESCO, travaille « in situ ». Dans LA GROTTE DE LA DEVEZE, les blocs cyclopéens du chaos entrent dans l'oeuvre picturale ; la nature sauvage par sa matière brute est présente dans sa représentation..


L'évocation du torrent souterrain symbolise à la fois les origines de la grotte, l'art des origines et l'espace sauvage que l'on explore qui ne peut exister que dans sa représentation. Les fragments de mémoire visuelle des lieux parcourus, intègrent picturalement le chaos évoquant la sédimentation culturelle dans ses transferts d'espaces.


Au Musée Français de la spéléologie, un tableau commémorant le 70ème ANNIVERSAIRE de l'aménagement de la Grotte de LA DEVEZE, fait la synthèse des parcours effectués par le peintre dans la grotte.


Dans cette « mise en abyme » aux balises aléatoires, la représentation de la grotte devient le réceptacle de la diversité des itinéraires qui convergent vers un centre mythique où l'imaginaire du peintre n'est qu'une anticipation du réel.